J'ai vu le jour non loin d'Erudin dans la forêt de Toxxulia. Endroit peu habituel pour une naissance érudite il est vrai, puique les nouveaux-nés sont mis bas au Palace et ensuite lavé de leurs vies antérieures dans la fontaine sacrée se trouvant devant le temple. Pourquoi alors cet exil au beau milieu des Decaying Skeleton et des Moss Serpents. La cupidité et l'avidité des hommes très certainement. Comme cela se sait un érudit ne naît érudit que si sa mère l'est aussi. Aussi, pour que notre race puisse survivre au attaque ennemie, les femmes érudites s'accouplent avec d'autres sous-races réputées pour leur force tels que les barbares ou les humains.

Cet recherche de corps forts pour l'accouplement s'est accrue jusqu'à ce que le conseil des sages décide de l'obliger. Auraient-ils oublié nos sources et l'érudition ? Malheureusement pour notre race, la loi fut passée et les amours entre érudits interdits. Fi de cet interdiction, ma mère Venuzia Laëtar secrètement amoureuse d'un érudit Khron Laëtar, brava tous les dangers et les menaces des gardes pour m'enfanter. Jamais un enfant n'était né dans de tels souffrances, loin des sages femmes et de la chaleur du feu divin. Ma mère perdura à l'accouchement mais son coeur, lui, est mort. Mon père fut en effet tué suite à ces événements. Aussi je garde un sentiment d'amertume face au miens mais je ne doute pas de les remettre dans le droit chemin.

De parents tous deux érudits, j'en garde une intelligence hors du commun, ce qui me poussa très facilement vers la matière ou j'excellais, la sorcelerie. Eleve assidu au conservatoire du Savoir d'Erudin, j'acquis très facilement mes premières lettres de noblesses dans la forêt ou moult ennemis de la science luttaient à notre perdition. Un village Kobold est même né non loin de l'entrée de la ville sur une petite île à l'Est. J'ai vu de mes yeux certaines de ces créatures primitives jeter des sorts. Quelle horreur ! Il ne faut pas que le savoir si bon en soit tombe dans les mains de ces fous assoifé de sang, et j'en fais la promesse, j'éradiquerai ces Shamans d'opérette et je détruirai ce village d'une comète de glace.

Entre temps, je manque encore d'expérience et ma mère ne peut plus m'aider à progresser. Erudin me semble vide et la forêt aussi. J'aimerais découvrir Queynos et ses marins riches en aventures et histoire de trésor. J'aimerais m'évader au loin dans des contrées inconnues, voyager, et retrouver tous les érudits partis de leur ville natale parce que eux non plus ne pouvaient plus vivre dans les conditions que j'évoquais plus haut.