Extrait des Ecrits de Karader, Tome III

Cela fait trois jours que j'erre dans l'immensité des montagnes de Butcherblock. Il y a à peine dix minutes, j’ai remarqué une fumée noire s'enfuyant dans le ciel au Sud de ma position. Je me suis tout de suite lancé dans cette direction, étant certain de ce que je trouverai là-bas, ce que je cherchais depuis le début de mon voyage...mais je redoutai aussi de savoir la provenance de cette fumée, tout en étant certain que les Mudtoes y étaient pour quelque chose...

Déjà, j'apercevais la silhouette d'une tour en feu. Cela confirma mes pensées, ce que je cherchais sera là-bas, à moins que je n'arrive trop tard...j'étais maintenant à moins d'une demi-lieue de la tour, et je redoublai d'effort pour y arriver le plus vite possible. Je pouvais désormais distinguer des ogres -environ une douzaine- autour de la tour... comme je le pensais aussi, mon maître n'avait pas entièrement détruit ce clan. Il ne m’aperçurent que quand j’arrivai à cent mètres de la tour, et se mirent à courir vers moi.. Je m'arrêtai, et commençai une incantation. D'après mes calculs, j'aurais le temps de la terminer avant que les ogres ne m'aient atteint. Je ne me trompai pas, et lorsque ceux-ci arrivèrent à moins d'une douzaine de mètres de moi, la terre se mit a trembler devant moi. Les ogres paniquèrent, tentant d’éviter les trous s'ouvrant sous leurs pieds, et seuls deux d'entre eux ne furent pas prisonniers d'un trou suffisamment grand pour me laisser le temps d'accomplir ma mission.

Je me chargeai d’immobiliser ces derniers, et je repris ma course vers la tour. J'y arrivai quelques secondes plus tard...
- Hyunkel? Sors d'ici; je sais que tu es là, lançai-je. Je ne reçus une réponse qu'une minute après. Je n'avais pas bougé.
- Etonnant..., dit un nain en sortant de la tour dont le toit était en feu. Voilà ainsi le pouvoir d'un clerc de Brell Serilis...(il se tourna vers moi). Qui es-tu? Tu es bien courageux de venir me voir ici, me demanda-t-il.
- Je suis ici pour t’apporter deux messages.
- Parle donc; j'attends.
- Je commencerai par celui-ci...je suis venu t'annoncer la mort de Trondel Ogrebane, notre maître.
- Notre maître, dis-tu? Je comprends pourquoi mes ogres ne t'ont même pas égratigné...Alors comme ça, il serait mort? Quel dommage...J'aurai tant aimé le tuer moi-même!
- Quoi!?!? Pourquoi dis-tu ça? Comment oses-tu parler ainsi de lui?
- C'est une longue histoire... Mais si tu tiens vraiment à la savoir, alors écoute-moi bien. Je ne la répéterai pas deux fois...

Et il commença son récit. Comme il m'avait prévenu, celui-ci fut long. Et je n'en restitue aujourd'hui que le principal:

Il y a vingt ans environ... Hyunkel a été recueilli après un combat où les orcs massacrèrent un camp de voyageurs; Hyunkel, qui n'avait que quelques mois ce jour-là, avait été caché par ses parents dans une grande malle, et ce n'est qu'après ce massacre qu'un orc entendit ses pleurs, et le découvrit dans sa cachette qui lui avait sauvé la vie. Il demanda à son maître si il pouvait élever cet enfant, et l'Empereur Crush accepta cette idée folle, parce que cet orc était le plus puissant des guerriers de Crushbone. Ainsi, Hyunkel fut élevé par le Royal Guard de Crushbone -qui avait été pour lui un excellent père- et ne put jamais sortir du château de Crushbone, et d'ailleurs n'en eut jamais le besoin. Ainsi, il passa des années heureuses avec son père, même si les autres orcs lui étaient hostiles. En bref, il était heureux. Mais un jour, son père entra brutalement dans la pièce qui leur servait de chambre. Il prit Hyunkel, qui avait déjà neuf ans depuis trois jours, dans ses bras et lui dit: "Reste ici, et ne sors sous aucun pretexte. Des héros ont attaqués notre fort, je me dois d'aller défendre l'Empereur Crush. Je n'en reviendrai peut-être pas, et si c'est le cas, je veux que tu sois fort, et que tu apprennes a vivre seul."...Sur ces mots, il reposa son fils, et le laissa seul dans la chambre. Comme son père le lui demanda, il ne bougea pas, jusqu'au moment où il entendit le dernier râle de Crush, un cri terrifiant. Il sortit alors précipitamment de sa chambre, et courut jusqu'aux appartements de Crush. Il découvrit son père, mourant. Celui-ci lui dit juste: "Hyunkel, sois fort. Tu m'a fait vivre les meilleurs années de ma vie. Je t'en remercie." Et il mourut. Hyunkel cria, pleura, et quelques minutes plus tard, un des Héros ressortit victorieux de la salle du trône. C'était Trondle Ogrebane. Ce dernier ne fut pas surpris de voir Hyunkel, il lui proposa juste de l'emmener. Hyunkel accepta, car il savait que c'était le seul moyen de venger son père. Après avoir suivi des mois d'entraînement, il tenta de tuer son maitre, l'assassin de son père. Il échoua, et dut s'enfuir en précipitation de Kaladim. Il disparut pendant de longues années, et ce n'est que depuis un mois qu'il a commencé à détruire les constructions des nains, ayant rejoint le groupe des Mudtoes.

- Je comprends désormais ta haine des nains, mais notre maître se battait au nom de la justice! lui dis-je.
- S’il se battait pour la justice, alors...C'est la justice qui a tué mon père!!! me cria-t-il...
- Je ne souhaite pas m'attarder sur ce sujet. Tiens; prends ceci, c'est mon deuxième message. C'est le testament de Trondel Ogrebane, il a souhaité qu'il te soit remis avant de mourir.

Je sortis une lettre de ma poche et la tendis a Hyunkel,et celui-ci la lit. En remarquant que les Ogres commençaient a reprendre leurs esprits, et sachant que j’avais terminé ma mission ici, je profitai de l'étonnement de Hyunkel en découvrant le contenu de la lettre, et me téléportai bien loin

(...)

Quelques années plus tard, je revis Hyunkel, qui avait mis fin à ses raids dévastateurs après notre rencrontre, et qui avait ensuite de nouveau disparu. Il avait été gracié de ses crimes après avoir rendu plusieurs services Kaladim, et il avait aussi appris les bases de la magie blanche. Il m'expliqua que la lettre que je lui avait amenée contenait des explications de notre maître, ainsi qu'un vieux papier, lui-même testament de son père. Ces deux messages, il me les résuma ainsi: "Le jour de la mort de mon père, lors de son combat contre notre maître, alors qu'il allait mourir, Trondle ne l'acheva pas. Ne comprenant pas, mon père lui demanda la raison pour laquelle il ne le tua pas. "Ce collier que tu portes au cou, est un objet fabriqué par un enfant. Tu es père, je me trompe?" Ce collier, je lui avais offert le jour de l'anniversaire de notre rencontre, trois jours plus tôt...mais laisse-moi terminer: donc mon père lui expliqua brièvement ce qui lui était arrivé depuis ces neuf dernieres années. Il lui demanda aussi de m'amener avec lui, sachant que ma vie serait meilleure parmi les nains, et de me former. Et notre maître accepta. Mon père, après avoir déversé quelques larmes, ouvrit la porte de la salle du trône à Trondle. La suite; tu la connais. Le premier à sortir de la salle du trône ne fut pas notre maître; mais Crush, qui dit à mon père: "Traître!! tu nous a abandonné, trahi, je n'aurais jamais du te confier cet enfant. Tu es devenu trop gentil. Tu ne mérites que la mort!" Et Crush...tua mon père. Trondle arriva trop tard; il avait perdu du temps à vaincre le Prophète, et n'avait pu sauver mon père. Il engagea en duel Crush, et le vainquit....voilà la vérité. J'ai été trompé toute ma vie, et suivi le chemin du mal, voulus tuer mon maître pour venger mon père, alors que seul Crush était responsable..."

(...)